Le Jardin du Villaret

Séverine Van de velde

Balsièges

 

 

Je suis installée depuis 3 ans à Balsièges comme maraîchère. Les terres étaient déjà cultivées en agriculture biologique, et nous avons bien sûr continué de travailler selon le cahier des charges « AB » dès notre première année.

 

Le jardin se compose de 4 parcelles et de deux serres, ce qui représente environ 2000 m² à cultiver. Chaque parcelle se compose de planches de légumes diversifiés, me permettant d'assurer une rotation plus facilement.

Les planches, soixante dix environ, mesure 15 m de long sur 2 m de large avec un passage de 50 cm entre chacune.

Cette dimension permet de varier les plaisirs ! Travail de la terre, désherbage, semis, binage, …

 

 

parcelles_petit

 

Les serres mesurent environ 400 m².

 

Nous essayons de travailler le moins possible la terre mais devons passer parfois le motoculteur et essayons de faire le plus de faux semis possible pour éliminer les mauvaises herbes quand elles sont jeunes.

Je tonds toutes les surfaces « de passage », c'est le moyen le plus facile que j'ai trouvé. Ca ne demande pas un grand effort physique. Les jeunes mauvaises herbes arrachées et la tonte sont reposées sur les planches autour des légumes cultivés comme un mulch.

 

Au jardin, on retrouve choux, blettes, épinards, carottes, poireaux, pois, tomates, poivrons, aubergines, radis, navets, salades, …

 

epinard_petitsalade_petit

 

Nous utilisons du fumier venant de fermes de Lozère que nous connaissons. Nous essayons de pailler au maximum, et notamment sous la serre pour limiter l'apport en eau.

 

Nous utilisons des tuyaux poreux, goutte à goutte et quelques asperseurs pour l'irrigation.

 

Le challenge, limiter l'enherbement le plus possible en acceptant toutefois la présence d'herbes. Nous semons des engrais verts (seigle, avoine, feverole, sarrasin) pour limiter l'enherbement, nourrir et protéger le sol quand il n'y a pas de cultures.

 

Il faut aussi laisser faire la nature qui ne fait jamais les choses par hasard et qui nous montre des modèles d'équilibre si on sait les comprendre. Classés souvent comme « mauvaises herbes », les orties, la prêle nous permettent de faire des purins. Les autres, chardons, amaranthes, ravenelles, nous aident à comprendre l'état du sol.